2010, Orchestre / Choeurs / Guitares

Tout d'abord, je tiens à exprimer mon plus vif sentiment de gratitude à l'endroit de M. Stéphane Drouot, dont l'assistance sur la jaquette, l'ouverture, la Pt II, et le Finale, fut décisive. Je tiens également à remercier M. Badawi, Mlle Térache, et M. Rolle, sans le soutien psychologique desquels je ne vois pas comment j'aurais pu passer le cap du mois de juillet qui a vu cet album être composé.

Deux axes importants permettent de comprendre cette création. Le premier est l'invention de la musique anachronique comme genre musical. Musique anachronique en plusieurs sens : anachronique par l'adjonction d'éléments résolument modernes (sons électroniques, guitares), anachronique par l'usage pour tous les instruments d'un système de synthèse dépassé évoquant une forte nostalgie des années 90, anachronique par l'omniprésence d'une orchestration classique, anachronique par l'omniprésence de schémas harmoniques séculaires. Le résultat est une anachronicité à quatre niveaux, dense, violente, extrêmement mélodieuse, émaillée d'un nombre ahurissant de choses surrannées à différents degrés. Une musique, en ce sens là, qui confond les tendances et les époques les plus contradictoires sur un fond qui est le malaise du passé, l'heur et le malheur de la réminiscence.

C'est ainsi que se dégage le second axe : la Réminiscence. Celle-ci est présentée dans le jour de l'ivresse proustienne comme dans la nuit de la rumination à éviter. Proust et Alain sont ainsi les deux pôles entre lesquels le compositeur évolue pour tenter de résoudre un problème fondamental : dépasser le POIDS de la Réminiscence.

Et en fin de compte, la seule solution s'avère être de dompter son flux de pensée pour ne pas se rendre encore plus malade. L'esprit est une sorte de géométrie chaotique, une sorte de topologie à attracteurs étranges, de concepts dont la majorité surgissent impertinemment, parmi lesquels le "moi" n'est qu'un concept comme les autres, noyé dans la dynamique générale davantage que le moteur des rouages (cf. les recherches de Marvin Minsky). Ce qui détermine le flux des pensées n'est pas un agent, mais la dynamique intégrale des pensées elle-même. Dompter ses pensées n'est donc plus un travail sur soi, mais un travail sur la façon d'associer et invoquer des idées de façon motrice, naturelle. Méthodologiquement, le chaos est la plupart du temps généré par un principe astructurel simple, "ne pas avoir deux fois la même pensée", selon l'heureuse formulation d'Alain.

Cela, ce fut la tâche de l'auteur. Les pensées sont chaotiques et pourtant ont un rythme sous-jacent, une harmonie correspondand à une fonction, à un principe générateur : elles sont stochastiques. Retrouver l'harmonie dans un chaos qu'il ne faut pas nier. Plus qu'une simple tâche : c'est l'oeuvre la plus importante d'une vie.

Le dénouement fut une tentative de dépasser le chaos par une conception discutable de la métaphysique, savoir le silence d'un langage qui précède tous les langages, l'expérience du Visage, l'Infini dont l'ideatum dépasse l'idée, dont le contenu dépasse l'acte, et qui est pourtant expérimenté dans l'altérité. L'Infini est dans le Visage, la nudité, la vulnérabilité, la responsabilité, qu'il injoncte en-deçà de tout langage possible. Cette expérience constituerait comme sa condition de possibilité le langage à proprement parler, mais serait également la condition de toute thématisation du monde. Une telle tentative de dépassement du chaos amena l'auteur à conclure que certaines pages ne peuvent être tournées. L'expérience le détrompera. Ainsi, ce disque commence par une crise et se termine par ce qui était conçu à l'époque comme aurore - en réalité, une autre crise. La grande santé, titre ironique, pour un opus qui s'ouvre et se clôt sur une grande maladie.

01. Ouverture - La grande maladie 2:07 Ecouter Télécharger (1.9 Mo)
02. Tourner une page Pt I Enterrer le souvenir de C. 4:11 Paroles Ecouter Télécharger (3.8 Mo)
03. Tourner une page Intermède I Libérer le thème de C. 3:11 Ecouter Télécharger (2.9 Mo)
04. Tourner une page Intermède II Parce que certaines antinomies témoignent de funestes troubles 1:29 Paroles Ecouter Télécharger (1.4 Mo)
05. Tourner une page Pt II A la recherche du temps perdu 6:07 Paroles Ecouter Télécharger (5.5 Mo)
06. Tourner une page Pt III Réminiscences 4:20 Ecouter Télécharger (3.9 Mo)
07. Tourner une page Finale Parce que certaines pages ne peuvent être tournées 4:33 Paroles Ecouter Télécharger (4.1 Mo)
08. Bonus - Cuir Moustache Cravache 2:24 Paroles Ecouter Télécharger (2.2 Mo)

(Les morceaux à télécharger sont en MP3, 128kbps)

Licence Art Libre

Télécharger l'album complet

Choisissez le format audio dans lequel vous souhaitez télécharger cet album.

  • (Gratuit)

    Haute qualité - FLAC - 173 Mo

    Equivalent au CD original, FLAC vous offre une qualité audio incomparable grâce à sa compression sans perte. A choisir si vous préférez la qualité ou pour écoute sur chaîne hifi.

  • (Gratuit)

    Moyenne qualité - Ogg Vorbis - Q7, 256kbps - 51.4 Mo

    Ogg Vorbis est le plus performant des formats audio à perte. Il restitue une plus grande qualité sonore tout en prenant moins de place. A choisir pour une écoute sur baladeur ou ordinateur.

  • (Gratuit)

    Basse qualité - MP3 - 192kbps - 38.9 Mo

    Le MP3 est un format vieux, dépassé, et sa qualité laisse à désirer. De plus, son utilisation n'est pas libre. A choisir pour une écoute sur baladeur ne gérant pas Ogg Vorbis.

Un problème pour lire les fichiers téléchargés ?

Altermusique.org