2012, musique classique électronique

Merci à Camille Georges Tantale pour sa couverture parfaitement adéquate sur le plan de la signification et de l'esthétique générale de l'oeuvre.

Weil wir eitel sind est un projet musical autour de mon sujet de mémoire de Master 1 de philosophie : Nietzsche et la vanité. Il consiste à donner des vues sur les problèmes de fond de la nature humaine, problèmes qui échoient au sentiment de faiblesse au travail chez l'homme. Il a été composé du 6 au 25 mars 2012, et mis en ligne au fur et à mesure sur une chaîne YouTube (youtube.com/user/badawiraphael), sur laquelle les curieux pourront également retrouver une vidéo de mon interface de composition. Je suis le premier étonné d'une telle fécondité, puisqu'à l'origine, je me voyais écrire deux ou trois morceaux, puis ne reprendre que l'été prochain. Ceux qui veulent pousser la compréhension de la genèse du projet plus loin pourront retrouver sur ma chaîne DailyMotion deux improvisations piano autour de Vivre qui amorcent déjà plusieurs thèmes de Weil wir eitel sind (ceux de Kopieren des Wirkungsvollen, de Der Dividuum, et de la fin de la première partie du Finale). Enfin, Nietzsche et la vanité est disponible dans une version encore très incomplète à l'adresse suivante : PDF

Là où Weil wir eitel sind diffère de Vivre, c'est qu'il reprend l'idée de simplicité et de sobriété pour la mettre au service du calcul de l'effet, calcul dans le cadre duquel on se règle selon un critère extérieur en fonction duquel l'effet à produire se détermine et non pas selon une contrainte intérieure, un sibi scribere qui serait la manifestation authentique de l'art - Vivre p. ex. est une oeuvre authentique. C'est la raison pour laquelle tous les morceaux ont exactement la même structure : crescendo, premier climax, recrescendo, climax final. Tous, sans exception. Il s'agit ainsi de composer vaniteusement, de pratiquer la défaillance générale de l'art moderne que mon mémoire théorise. C'est pour cette raison que stylistiquement, le nouveau projet sonne anachronique, ainsi que la Grande santé. C'est qu'il est la production de l'effet extérieur, production qui requiert de mélanger les époques et les influences les plus divers, d'abasourdir d'un tel mélange incohérent, pour qu'il y ait un réflexe de réponse, faisant passer l'auditeur de l'état d'appétition à l'état de replétion, passage qui est l'effet cherché dans le calcul de l’œuvre. Un besoin animal d'art, un besoin moderne. L'art, dans la situation qui est celle de la modernité, se jette dans la prose du monde, devient ainsi complètement libre dans ses objets, mais du même coup, parce qu'il est dans la contingence, qu'il ne pense la liberté que négativement comme non-contrainte, il échappe à la liberté véritable qui se fait sous la contrainte et consiste à danser dans les chaînes, à être libre malgré le harnais formel que l'on s'impose. Weil wir eitel sind est en définitive un exercice de dépossession, il est la pratique de la maladie moderne elle-même.

Le climax de l'album se situe dans les pistes 7 à 11, dont je dois par conséquent donner une description individuelle.

07 - Renversement du sujet à l’objet

Un essai de musique absolue, dans la tradition classique.

08 - Gefühl

Gefühl exprime en allemand le sentiment immédiat. Si on écoute avec distinction, on peut entendre le corps respirer et le coeur battre. C’est un travail de physiologie musicale.

09 - Rétroaction

La rétroaction est un concept inventé par Norbert Wiener en 1947, dans son ouvrage Cybernetics. Il s’agit d’une causalité en boucle où l’effet agit sur la cause, où le phénomène rétroagit sur ses conditions d’apparition. Une rétroaction du paraître sur l’être, c’est-à-dire sur le corps, constitue ainsi le noeud autour duquel se tisse la passage de la figure du vaniteux à celle de l’esprit asservi. Le morceau est un peu trop complexe ceci dit par rapport au souci de simplicité de Weil wir eitel sind, puisque j'y mets effectivement en scène des boucles rétroactives itérables à l'infini (par transpositions successives des mêmes motifs de sorte qu'ils bouclent sans discontinuer). La rétroaction est ici celle de la vie extérieure, dans les opinions d'autrui pour le dire simplement, vers la vie intérieure. Elle est le lit du fleuve de l'incorporation du paraître, elle est même l'incorporation du paraître à son plus haut niveau de généralité. Factuellement, elle arrache de la peur pour enraciner dans la coutume, arrachant ainsi le vaniteux de sa propre vanité pour le rendre esprit serf, certes serein et confortable.

10 - Finale - Ein gebundener Geist - Part 1

Le Finale décrit justement la figure de l’esprit asservi en trois temps, avant de se s'achever sur la figure finale d'une vanité qui se nie pour triompher dans la louange. Il se veut épique, et reprend le thème principal de l’ouverture, Mimétisme. Le phénomène de survie, de calcul de l’intention, qu’est la compréhension par imitation, s’était intensifié dans la figure du vaniteux. Cette intensification devait dès lors le conduire à s’asservir dans le confort, la calculabilité, la vie purement extérieure, c’est-à-dire à sarcler la peur d’où il était parti, à se défier de son sentiment de faiblesse.

11 - Finale - Ein gebundener Geist - Part 2

La seconde partie continue à jouer le drame de la multiplicité que porte l’homme en lui, et du champ de bataille de son corps qui triomphe dans sa propre négation.

01. Mimétisme 1:34 Ecouter Télécharger (1.4 Mo)
02. Wie der Schein zum Sein wird 1:38 Ecouter Télécharger (1.5 Mo)
03. Couardise 1:05 Ecouter Télécharger (985 Ko)
04. Kopieren des Wirkungsvollen 1:24 Ecouter Télécharger (1.3 Mo)
05. L'Epigone 1:06 Ecouter Télécharger (1 Mo)
06. Der Dividuum 0:51 Ecouter Télécharger (782 Ko)
07. Renversement du sujet à l'objet 1:16 Ecouter Télécharger (1.1 Mo)
08. Gefühl 1:03 Ecouter Télécharger (952 Ko)
09. Rétroaction 1:14 Ecouter Télécharger (1.1 Mo)
10. Finale - Ein gebundener Geist - Part 1 2:35 Ecouter Télécharger (2.4 Mo)
11. Finale - Ein gebundener Geist - Part 2 1:29 Ecouter Télécharger (1.3 Mo)
12. Finale - Ein gebundener Geist - Part 3 2:30 Ecouter Télécharger (2.3 Mo)
13. Finale - Ein gebundener Geist - Part 4 1:12 Ecouter Télécharger (1.1 Mo)
14. Finale - Part 5 - Elle triomphe dans sa propre mort 1:49 Ecouter Télécharger (1.7 Mo)

(Les morceaux à télécharger sont en MP3, 128kbps)

Licence Art Libre

Télécharger l'album complet

Choisissez le format audio dans lequel vous souhaitez télécharger cet album.

  • (Gratuit)

    Haute qualité - FLAC - 119 Mo

    Equivalent au CD original, FLAC vous offre une qualité audio incomparable grâce à sa compression sans perte. A choisir si vous préférez la qualité ou pour écoute sur chaîne hifi.

  • (Gratuit)

    Moyenne qualité - Ogg Vorbis - Q7, 256kbps - 35.9 Mo

    Ogg Vorbis est le plus performant des formats audio à perte. Il restitue une plus grande qualité sonore tout en prenant moins de place. A choisir pour une écoute sur baladeur ou ordinateur.

  • (Gratuit)

    Basse qualité - MP3 - 192kbps - 28.7 Mo

    Le MP3 est un format vieux, dépassé, et sa qualité laisse à désirer. De plus, son utilisation n'est pas libre. A choisir pour une écoute sur baladeur ne gérant pas Ogg Vorbis.

Un problème pour lire les fichiers téléchargés ?

Altermusique.org