Retourné

C'est le monde qui se retourne
Et les gens qui se détournent

Y'a les cris au lointain !
Ceux que je veux plus entendre !

J'en peux plus de ces bêtes
Ca tambourine dans ma tête

Ca fait mal comme un mixeur
Ca me retourne les entrailles

On me remixe le cerveau
Ca descends et remonte

Je me sens cerf-volant
Dérangé par les vents

Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne
C'est la bouillie qu'on remue
C'est la mort qui s'étouffe !
Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne

J'suis une galette de riz
Je craque et me craquèle

Je cours autour des rochers
Et ils me courent après

Je fuis les ombres
Je suis en cavale contre le monde entier

Mes pas s'enfoncent dans le sable
J'ai les pieds qui s'enlisent

C'est la boue qui m'possède
C'est l'argile qui me déssèche

Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne
C'est la bouillie qu'on remue
C'est la mort qui s'étouffe !
Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne

Les horloges sont folles
Elles me croquent les oreilles

Elles aspirent le temps
Et ca sonne partout

Y'a un requin marteau dans ma tête
Ca cogne fort ça fait des remous

Je vais être avalé par le vide
Mon corps fondu dans la glace

Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne
C'est la bouillie qu'on remue
C'est la mort qui s'étouffe !
Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne

Et c'est moi qui m'étouffe
Dans un sac en plastique

Le coeur qui s'emballe
Comme dans du papier d'alu

Le monde qui s'effondre
Les jambes qui s'effritent

Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne

J'suis la bouillie qu'on remue
Je suis la mort qui s'étouffe...

Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne
Et ça tourne, retourne, détourne
Et ça retourne, détourne, tourne...

Fermer cette fenêtre